Anciens stagiaires

AVANT :

Après avoir quitté l’école, je ne faisais rien de spécial, j’étais encore au Mali. Un jour, je me suis décidé de ne pas rester sans rien faire donc l’idée m’est venue de faire de la mécanique. De retour en France, mon frère m’a amené à la mission locale qui m’a orienté vers l’E2C.

PENDANT :

Au début c’était pour une remise à niveau puis j’ai effectué quelques stages. Je n’avais pas de projet fixe, mais grâce à l’E2C, je suis parvenu à avoir un projet dans la mécanique auto et j’ai pu intégrer une formation en mécanique auto.

APRES :

Je suis actuellement en formation qualifiante à l’AFPA de Saint-Ouen l’Aumône. A cet effet, j’aimerais être le porte-parole de toutes celles et ceux  qui n’ont pas le courage, et je leur dis faites comme moi. Je voudrais remercier tous mes formateurs et formatrices sans oublier mon conseiller de la mission locale.

Mamadou

Formation qualifiante à l’AFPA

Avant, quand je suis arrivée en France, je ne parlais pas très bien français. J’ai travaillé notamment dans la restauration au début. Puis j’ai décidé d’arrêter de travailler là-dedans mais je ne savais trop quel métier je voulais faire. En plus, je ne connaissais pas bien les formations pour trouver un travail.

Après, je suis rentrée à l’E2C. J’ai pu avoir une remise à niveau en français, mathématiques et d’autres matières. J’ai également découvert beaucoup de métiers différents grâce aux stages. J’ai pu mieux parler français et surtout valider mon projet professionnel. J’ai trouvé une formation qui me correspond pour continuer mes études.

Aujourd’hui je suis en formation d’assistante comptable.

Pheakdey

Formation d'assistante comptable

« Tout a commencé quand mes parents ont décidé de venir vivre en France. Je n’ai pas besoin de dire que je n’étais pas d’accord car ma vie au Portugal était complètement différente  à celle d’aujourd’hui – tout simplement parce que je n’avais pas à me préoccuper de quoique ce soit. Au début je voulais continuer mes études mais cela n’était plus possible car j’avais déjà 18 ans et de grosses difficultés avec la langue française. Après un an sans rien faire,  ma conseillère mission locale m’a parlé de L’E2C.

Au début je ne voulais pas,  je croyais que je n’allais jamais trouver ma place parmi les jeunes. J’étais très scolaire à l’époque et moi je voulais un lycée tout simplement. Avec le temps j’ai changé d’avis je me suis dit que j’allais essayer pour ne pas rester sans rien faire.

Dès mon premier jour j’étais très impressionnée par le professionnalisme des formateurs. Je crois que c’était ce côté-là qui m’a fait changer d’avis et continuer la formation.

Je me suis rapidement rendue  compte que c’était une école adaptée  aux personnes en difficultés. En fait y’a pas vraiment de restrictions c’est de l’autogestion, si tu viens en cours c’est bien, si tu ne viens pas c’est toi qui assumes les conséquences , c’est basé sur une confiance réciproque censée t’aider à mûrir en évitant le plus possible d’imposer des limites. Ce que je retiens de cette école, c’est la patience et le professionnalisme de son personnel. Les formateurs restent toujours à l’écoute du jeune et l’ensemble de l’école est organisée  de telle sorte qu’elle peut aider ceux qui ont eu des parcours difficiles comme le mien. Avec le temps j’ai commencé vite à développer mon français avec l’aide des cours au centre de L’E2C.
J’ai rencontré des gens incroyables avec qui j’ai gardé le contact jusqu’à aujourd’hui.

Grâce à cette formation j’ai pu trouver un centre de formation ou j’ai pu passer mon Bac ( Accueil Relation Client et Usagers) en alternance. Donc j’ai travaillé pendant deux ans avec la FNAC à PARIS.  Juillet 2017 j’ai eu mon Bac avec mention Bien. Avec beaucoup d’efforts personnels et grâce à cette mention,  j’ai eu la chance de candidater à un stage de six mois à l’étranger car il m’est nécessaire que je m’enrichisse de nouvelles expériences professionnelles. Ainsi ce stage est une chance pour pouvoir enrichir mon CV et me donner une première expérience significative à l’étranger, m’ouvrant la porte à de futures opportunités, sans oublier qu’il s’agit là d’une véritable opportunité pour développer mes compétences linguistiques en anglais. Donc j’ai été acceptée  et aujourd’hui je suis en Angleterre dans une entreprise caritative à but non lucratif dont l’objectif est de porter secours et assistance aux plus démunis.   

J’ai appris beaucoup de choses avec L’E2C mais il y a une que je vais jamais oublier: sortir de ma zone de confort. Nous pouvons rêver de ce que l’on souhaite faire où être toute la vie, mais cela est inutile si l’on ne fait pas tout pour y arriver. Sortir de sa zone de confort signifie traverser la zone d’apprentissage et conquérir la zone de panique pour moi c’était la langue, mais sortir de sa zone de confort permet aussi de l’élargir et de se développer.
Merci beaucoup à tous. »

Nelida

En Angleterre dans une entreprise caritative

AVANT :

Je ne faisais rien de spécial, jusqu’au jour où j’ai décidé d’aller à la mission locale de Sevran. Ma conseillère m’a orienté vers l’E2C Sevran.

PENDANT :

J’ai effectué plusieurs stages. Mon projet au début n’était pas très sûr mais au fil du temps, je me suis orienté vers la vente ou employé en libre-service ou j’ai effectué plusieurs stages.

Puis j’ai vu que ça ne me plaisait pas.

Je me suis orienté vers l’espace vert, paysagiste. Je n’ai pourtant fait aucun stage, mais grâce à ma détermination, j’ai été reçu en entretien au CFA Fénelon.

APRES L’E2C :

Maintenant, je suis en alternance au CFA Fénelon de Vaujours en espace vert où je m’épanouis pleinement.
J’ai de bons résultats (14 de moyenne).

Ahmed

Alternance au CFA